Lettre à tous ceux qui m'ont blessée

Pour toi qui n’a su voir en moi qu’un corps pour satisfaire tes besoins. Pour toi qui n’a pas su bien m’aimer, qui n’a jamais pris le temps de me connaître réellement. Pour toi qui ne m’a pas respectée​ à ma juste valeur, qui a pris de moi tout ce que tu pouvais égoïstement prendre. Pour toi qui m’a violentée à coup de paroles​ blessantes et qui m’a rabaissée. Pour toi qui attendais de moi que je sois uniquement belle, que je me taise. Pour toi qui m’a fait attendre, en me berçant de fausses promesses et d’espoir sans lendemain. Pour toi qui m’a regardée​ avec mépris et qui ne m’a pas tendu la main quand j’en avais besoin . Pour toi qui m’a fait croire que la magie n’existait pas, que la vie devait être monotone. Pour toi qui m’a découragée​ lorsque je t’ai parlé de mes rêves. Pour toi qui m’a fait croire que je ne méritais pas grand chose, que je devais éteindre cette luminosité dans mon regard. Pour toi qui a critiqué mes efforts et qui m’a lancé des reproches. Pour toi qui a jeté ta douleur sur mes épaules, qui m’a fait croire que c’était ma faute. Pour toi qui ne m’a pas porté l’attention et l’affection que je méritais. Pour toi qui m’a jugée sans chercher à me comprendre… ou à me voir comme j’étais. Pour toi qui aurais voulu que je sois différente, alors que je t’avais montré qui j’étais.

“MERCI!”

Aujourd’hui, je veux te dire sincèrement merci du fond de mon cœur.

Qui que tu sois, que ta route ait croisé la mienne une nuit, quelques jours, plusieurs années, ou qu’elle continue à la croiser encore, tu as, à ta façon, contribué à augmenter mon amour propre.

Chaque fois que je fondais en larmes, que je te demandais pardon à la recherche de ton approbation, en me demandant ce qui clochait en moi ou si j’avais fait quelque chose de mal, il y avait cette autre partie silencieuse de moi, qui devenait plus forte et qui me tendait la main de plus en plus. Je ne le savais pas, parce que ma blessure a été longtemps plus grande que ma guérison.

Étrangement, j’avais besoin d’avoir mal. Chaque fois que ma plaie cicatrisait un peu, j’étais aussitôt attirée à nouveau vers une personne comme toi. Le genre qui ferme les yeux sur sa douleur et qui veut se sentir puissante en brisant un cœur déjà amoché. Moi, c’était ça mon truc pour me sentir puissante : te laisser avoir du pouvoir sur ma vie, pour en vouloir à quelqu’un d’autre que moi de me traiter de la sorte.

Un jour, je crois que j’en ai eu assez de souffrir, alors la force qui grandissait silencieusement en moi est devenue plus importante que la peine; j’ai ouvert les yeux sur ma dépendance affective. J’ai compris que cette blessure n’avait rien à voir avec toi, avec qui j’étais ou avec ce que je n’avais pas fait. J’ai compris que c’était moi qui ne me voyais pas à ma juste valeur et que seul mon propre bourreau intérieur m’infligeait toute cette souffrance. Alors, c’est pour ça que je te laissais me convaincre que je méritais l’ignorance.

Sais-tu quoi ? J’ai tant voulu que tu m’aimes, au moins juste un peu… Et à l’instant même où je te parle, je suis bien contente que tu ne l’aies pas fait, parce que cette place, que je cherchais à te voir combler, ne te revenait pas! L’importance que je t’accordais, à toi ou à ton opinion, n’existe plus. Maintenant la seule qui compte, c’est la mienne.

“Merci, parce que tu m’as aussi appris à ne pas dépendre de toi ou de personne d’autre”

Aujourd’hui, j’arrive seule à guérir mon cœur. Parfois plus difficilement, je te l’accorde! Mais je la vois désormais, cette beauté que nous n’avions pas su voir.

J’arrive à me porter un amour de douceur et de respect, alors je n’attends plus que tu le fasses pour moi. Je ressens cette force et cette puissance en moi et c’est en partie grâce à la peine que ton rejet m’a fait vivre. Cela n’excuse en rien ton comportement, mais le but de cette lettre n’est pas de te faire sentir mal. Je veux uniquement que tu comprennes que, parfois, des vrais cœurs sont brisés et ont uniquement besoin qu’on les aime sincèrement.

J’ai envie que d’autres voient la possibilité d’être en amour avec eux-mêmes. J’ai envie que les cœurs brisés soient rassurés, qu’ils soient conscients de leur potentiel et qu’ils ne se laissent plus manipuler par d’autres cœurs de fer. J’ai envie que les cœurs se pardonnent à eux-mêmes, c’est ce que je me permets à moi-même en écrivant cette lettre.

Je me pardonne, je nous pardonne.

Je riposte à notre mal être commun, à coup d’amour, parce que je sais avec certitude que la haine et les reproches ne règlent rien.

Tu as été mon miroir. Je me suis cherchée à travers toi. J’y ai trouvé un côté sombre, une partie que je n’arrivais pas à regarder seule, une partie que je ne voulais surtout pas voir. Ma peur du rejet était aussi la tienne, mais nous la vivions de façon différente.

Heureusement, malgré la douleur immense d’un cœur brisé, la force finit toujours par ressortir, si on choisit de laisser cette guerrière silencieuse travailler en équipe avec notre âme.

J’espère que, maintenant, toi aussi, tu vois ta vraie force. J’espère que tu comprends à quel point tu n’as pas besoin d’agir ainsi, pour que l’on t’aime. Toi aussi, tu mérites de t’aimer et de trouver le respect dans ton cœur. Et même si mes mots te semblent peut-être incompréhensibles et fous, j’espère que tu as souffert assez pour arriver à te voir dans ton propre reflet, plutôt que de le chercher dans celui des cœurs brisés.

“Je ne t’en veux pas”
“Je t’aime”
“T’aimes-tu toi aussi ?”

 

Miss V


Crédits photos : The Dharma Bums

Laissez-nous un petit commentaire au passage !

Salut Munchkin! Qui que tu sois sur cette planète, premièrement je te garoche de l'amour tout plein, parce que tu le mérites VRAIMENT! Deuxièmement, il faut que tu saches que j'utilise très souvent ce petit surnom cute pour décrire un ensemble de gens et donc, tu viens officiellement d'être inclu dedans. MAGIE! Alors, si tu as atterris ici c'est soit parce que tu trouves que mon énergie est particulièrement attachante ou que ton inconscient avait besoin de lire ces quelques lignes. Dans les 2 cas, bienvenue dans mon univers, celui où je me permet d'approfondir des sujets parfois simples, parfois plus tabous, ou d'autres fois plutôt drôles. Je suis mon propre cobaye! En fait, ne le sommes-nous pas tous? Découvre-le avec moi !

© 2018 Mademoiselle Mymy. Tous droits réservés.

Support technique  : Mélanie Galipeau et Christian Cardin

Politique de confidentialité

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?