Le détachement

L e   d é t a c h e m e n t 

Lorsque nous arrivons à la croisée des chemins, que nous savons que nous devons changer complètement de vie, notre moi intérieur nous dit qu’il est temps de faire un bout de chemin ailleurs, parce qu’il stagne et qu’il veut apprendre, que notre enfant intérieur veut découvrir, grandir, avoir le courage de faire enfin ce pour quoi nous sommes destinés.  Oh là là!  Que de bouleversements nous vivons!

Que faites-vous à ce moment?  Vous reculez?  Vous foncez?  Souvent nous avançons de deux pas et nous reculons d’un.  Puis, il y a les êtres chers, autour de nous, qui ne comprennent pas, ou d’autres qui nous disent de foncer.  Il y a tout un mélange d’émotions qui se passent à l’intérieur de nous.  Comment éclaircir tout cela?  Pas facile !!!!

Premièrement, il faut d’abord se demander pourquoi nous sommes appelés à changer?  Qu’est-ce qu’il y a à l’intérieur de nous qui nous appelle si fortement.  Est-ce le goût de liberté?  Est-ce un rêve que nous chérissons depuis longtemps et dont tout se met en place pour le réaliser, mais que parfois quelque chose nous retient de le faire?

Qu’est-ce qui nous retient?  La peur de l’inconnu?  Sortir de notre zone de confort, de la facilité?  Puis, c’est ici qu’il faut faire la différence entre l’attachement et l’amour.  C’est ici qu’il faut vérifier si c’est notre égo qui parle ou si c’est un réel goût de découverte vers notre être profond.

 

 

L’attachement aux biens matériels

Souvent cela nous fait reculer.  Nous nous disons que nous sommes bien à la maison, que c’est décoré à notre goût, que nous y habitons depuis longtemps et que nous aimons son confort et surtout que nous avons travaillé presque toute notre vie pour posséder ce que nous avons, nous y sommes attachés.  Il faut se poser la question: si je change ma vie, que je réalise ce vœu qui est en moi depuis longtemps, ne vais-je pas être fière de moi?  Puis, si je me trompe, n’aurais-je donc pas appris beaucoup de choses sur moi?  Je crois que, sincèrement, ça en vaut la peine.  Lorsque je serai à la veille de mourir, je n’aurai aucun regret. Puis, de toute façon, il est possible de se créer un confort dans l’autre vie.  En résumé, ce que nous aurons appris sur nous-mêmes ne vaut-il pas plus que ces biens matériels auxquels nous étions si attachés et qui de plus aurons été remplacés?

 

 

L’attachement émotionnel

Pensons maintenant à nos enfants, à nos frères et sœurs et surtout à nos petits enfants.  Cela est encore plus difficile de faire la part des choses.  Ce n’est pas parce que nous sommes loin d’eux que nous les aimons moins, ou pas du tout, parce que c’est peut-être ce que notre famille nous fait sentir parfois.  Dites-vous que c’est leur point de vue à eux.  Vous savez très bien au fond de votre cœur que vous les aimez.  L’amour, le vrai, n’est-il pas de laisser les gens libres d’agir selon leur âme et conscience, de les aimer simplement.  Puis, si vous ne vous permettez pas de vivre ce dont vous avez besoin, vous vous dites non à vous-même.  Alors, de cette façon, il est fort possible que vous deveniez malheureux sans savoir pour quelle raison.  Et vos enfants, seront-ils heureux de vous voir dans cet état?  Peu importe où vous serez, l’amour que vous éprouvez pour vos proches ne va pas diminuer, cela restera toujours.

Voilà!  À mon avis, nous devons nous détacher émotionnellement et matériellement afin de réaliser ses rêves.  Se réaliser n’est-il pas un beau cadeau à offrir à ses enfants, un exemple à leur donner afin qu’ils puissent à leur tour foncer dans la vie vers leur idéal?

 

La quinquagénaire


Crédits photo: Stephane Betin

Laissez-nous un petit commentaire au passage !

Maryse Brochu est une auteure jeunesse et une quinquagénaire accomplie. C’est à la cinquantaine seulement qu'elle est sortie de son cocon. Elle souhaite sincèrement que son cheminement, ses réflexions et ses trucs puissent aider les gens à passer d’un constat décevant de leur vie, à la réalisation d'expériences enrichissantes et combien valorisantes pour la petite fille ou le petit garçon présents en eux !

© 2018 Mademoiselle Mymy. Tous droits réservés.

Support technique  : Mélanie Galipeau et Christian Cardin

Politique de confidentialité

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?